Le canon d’Hermeville

Canon d'Hermeville en position

Image tirée d’un des panneaux explicatifs du site

Site accessible librement

Hermeville est un village du Canton d’Etain, près de Verdun, ayant servi de cantonnement aux troupes françaises. En 1915, le commandant de la place forte de Verdun fait installer dans les bois un canon de marine de 14 cm Mle 1910. Cette pièce à longue portée va causer des dégâts importants dans les infrastructures allemandes, notamment sur les chemins de fers venant de Metz et Jarny, et les gares utilisés pour ravitailler le front (comme celle de Dommary Baroncourt).

Planches de la bouche à feu, de la culasse et des ressorts récupérateurs du canon de 14cm mle 1910. Source Gallica

Cliquez sur les images pour les agrandir

L’installation de ce canon s’est révélée complexe, d’une part car les casemates étaient construites de nuit pour des raisons de discrétion, d’autre part car ce canon équipait les cuirassiers de classe Bretagne, et n’était donc pas destiné à une utilisation terrestre. il a donc fallu couler un bloc de 32 tonnes de béton, dans lequel sont fixées 24 tiges filetées de 4 cm de diamètre (on reste dans du léger, de l’aérien, du délicat, me direz vous), sur lesquelles vient se boulonner l’affût. une fois le canon installé, un toit composé de plusieurs couches de troncs d’arbres, de pierres, de terre et de végétation protège et camoufle l’ensemble.

Cliquez sur les images pour les agrandir

Ce canon est entouré de diverses infrastructures nécessaires à son fonctionnement : casemates pour la défense, le stockage des munitions et le logement des soldats, poste de commandement, observatoire dans un chêne (l’arbre est encore présent sur le site).

Arbre observatoire et bunkers servant de PC

Cliquez sur les images pour les agrandir

Le 21 février 1916, le début de l’attaque allemande (opération Gericht) sur Verdun et le terrible Trommelfeuer obligent les troupes françaises à se replier. L’ordre est donné de faire feu de toutes les munitions disponibles puis de saborder le canon. Les allemands, en prenant possession des lieux, ferrailleront la pièce pour leur industrie de guerre. (Le canon visible actuellement a été restauré puis réinstallé à partir de 2012, à l’initiative de passionnés de la commune. Auparavant stocké sur le site de la Direction générale de l’armement à Gâvres (Morbihan), il a traversé la France pour être installé sur l’emplacement du canon d’origine, redécouvert en 2010).

Cliquez sur les images pour les agrandir

Les allemands laisseront des traces de leur passage, notamment des bunkers, ainsi que des emplacements de canons lourds (les chevilles d’accroche des freins hydrauliques des pièces sont toujours en place). De même, une voie ferrée a été posée par l’occupant pour lui permettre d’acheminer matériel et munition sur la position.

Traces de l’occupation allemande

Cliquez sur les images pour les agrandir

Le site est accessible à tous, avec un parking à proximité. Les équipes ont réalisé un superbe travail pédagogique, avec des panneaux explicatifs clairs. Un must see pour tous les passionnés d’artillerie ! Plus d’informations sur la genèse du projet sur le site de l’Est Républicain !

Découvrez ce site sur la carte !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :