Atlantikwall Raversyde

Atlantikwall Raversyde

Site accessible au public lors des périodes d’ouverture

Consacré au mur de l’Atlantique, ce site est l’un des vestiges les mieux conservés de cette période. Avec une soixantaine de bunkers, postes d’observation, d’artillerie et tunnels, la Batterie Saltzwedel-neu offre au visiteur un aperçu de la fortification allemande côtière du second conflit mondial.

Cliquez sur les images pour les agrandir

Mais Atlantikwall Raversyde, c’est aussi la Batterie Aachen, unique témoin visitable des défenses allemandes de la mer du nord (35 batteries à l’époque !). Si ses pièces d’artillerie de navire ont disparu, il est possible d’en voir une reconstitution en béton, donnant un aperçu de l’armement de cette époque.
Les canons, construits par Krupp, étaient de calibre 15 cm. Leur portée était de 18 km, pour un poids de 4 tonnes hors blindage. Les coordonnées de tir étaient inscrites à l’intérieur du blindage, permettant de tirer sur l’entrée du port d’Ostende. Ces canons tiraient en général en direction du front d’Yser, près de Nieuwpoort.
Sous la plateforme de tir se trouve un magasin à obus et fusées et un magasin à douilles chargées.

Cliquez sur les images pour les agrandir

Il es également possible de visiter deux bunkers d’observation de la première guerre mondiale, réutilisé lors du second conflit. Le second (est) a été remanié lors de la seconde guerre mondiale, en remplaçant la salle d’observation et en installant des défenses antiaériennes sur le toit. Un impressionnant télémètre d’époque est visible. Il se trouvait à l’origine au sommet du poste d’observation ouest, auquel il était relié par tube acoustique. Il fut déplacé en 1917, lorsque le poste d’observation servit également à la batterie Deutschland de Bredene et fut renforcé. La salle d’observation du poste collectait à l’aide d’un petit télémètre et d’une fente de visée de 180° les informations sur les cibles, qu’elle communiquait à la salle de calcul située derrière. Une fois les coordonnées transmises aux pièces, une sonnerie donnait l’ordre de tir.

Cliquez sur les images pour les agrandir

Construite du 8 janvier à fin avril 1915, la Batterie Aachen était composée de pièces d’artillerie sous coupole, dont quatre emplacements sont encore visibles. De part et d’autre, deux postes d’observation, dont l’un (ouest) servait de poste de commandement, sont visitables.
La batterie était reliée par voie ferrée aux magasins à munitions, situés plus loin dans les dunes et aujourd’hui disparus. Un abri en béton armé est toujours visible. Il a été construit en 1916 pour faire face à l’intensification des raids aériens.

Cliquez sur les images pour les agrandir

Si les baraquements en bois ont disparus, une portion a été reconstituée. A proximité se trouve la Barbara Brunnen, fontaine érigée en l’honneur de Sainte Barbe, patronne des artilleurs.
Enfin, subsiste sur le site la « Maison aux carreaux verts« . Cette maison, qui était jusqu’en 1914 habitée par le gardien de phare. Un feu d’alignement se trouvait à proximité mais il fut détruit au printemps 1915 car il servait de repère à l’artillerie des navires alliés. Un musée occupe maintenant ce bâtiment, et retrace la vie des soldats sur place.

Découvrez la Batterie Aachen en vidéo

Découvrez la Batterie Salzwedel-Neu en photos !

Laisser un commentaire