La tourelle Mougin surbaissée

tourelle Mougin Planche d'époque

Cette tourelle fixe rotative a été développée en 1876. Elle est équipée de deux canons de 155 longs sur affûts Grüson (donc allemands !), et tire toute les deux minutes (temps moyen d’une rotation complète de la tourelle).

Cliquez sur les images pour les agrandir

Elle est actionnée par une machine à vapeur, abritée sous la pièce dans un local spécial.

Cliquez sur les images pour les agrandir

La tourelle Mougin du fort de Frouard a été rabaissée, c’est à dire que l’étage inférieur a été supprimé, et son massif forme une sorte de cuve dans laquelle la calotte est dissimulée. Elle dispose d’un massif en béton renforcé par des rails, ce qui la protège en théorie des obus les plus puissants de l’époque.

Cliquez sur les images pour les agrandir

Aujourd’hui, seuls les affûts subsistent, mais largement dépouillés de leurs accessoires. Ils donnent néanmoins une idée de la masse imposante de cette pièce.

Cliquez sur les images pour les agrandir

Le fort de Frouard est fermé au public, mais il est possible d’aller voir une de ces tourelles (non surbaissée) à quelques kilomètres de là, au fort de Villey le Sec.

Planches d’époque de la tourelle Mougin

Cliquez sur les images pour les agrandir

2 commentaires sur « La tourelle Mougin surbaissée »

  1. Merci beaucoup pour ce reportage photo.
    Mes 4 frères, maintenant décédés, ont visité ce fort dès que les Allemands ont franchi la Meurthe en direction de la ferme de Clévant. Comme beaucoup d’autres enfants de Frouard et Champigneulles, ils récupéraient ce qu’ils pouvaient, mais n’avaient pas prévu le retour des Allemands qui en ont obligé un certain nombre à charger des camions.
    Personnellement, j’ai commencé à rentrer dans ce fort alors que j’étais préado dans le début des années 60 avant d’y travailler en tant que sous-officier du 26e RI de 69 à 76. Période pendant laquelle j’ai été chargé de réaliser une petite piste du risque qui servait à entrainer les appelés du régiment aux obstacles les plus difficiles, en vue des séjours en Centre Entrainement commando de Givet (Ardennes) ou des Rousses (Jura).
    Que de souvenirs…
    Encore merci.

Laisser un commentaire